SUD-OUEST Publié le 04/06/2016 par E.A.

Flâneries bucoliques dans les Jardins familiaux

Les jardiniers ont préparé le terrain pour une fête fleurie et gourmande. ©PHOTO É. A

Demain, les jardins Hendayais ouvrent leurs enclos et cabanes pour une journée faite d’animations et d’ateliers de toutes sortes.

Un festival de verdure s’annonce.

Demain, les Jardins familiaux dérouleront leurs allées fleuries sur des animations aussi fraîches que gourmandes. Il suffira de monter le chemin de Maillarenea pour arriver à Laparka et au « pylône » auquel on tournera le dos pour découvrir une vue à couper le souffle.

Pendant que les capucines captent l’attention des pucerons et autres indésirables, les choux, fèves, salades et plants de tomates s’épanouissent allègrement. Les fraises sont protégées par des filets qui dissuadent les oiseaux gourmands.

Dimanche, les visiteurs qui déambuleront au milieu des plantations se rendront compte que ce qu’ils mangent avec délice ne pousse pas tout seul et que la terre est basse…

Ce festival de verdure est organisé par la compagnie Vents et marées, en partenariat avec les Jardins familiaux hendayais, avec la participation d’Handi Belharra, relais de l’Association des paralysés de France (APF), de Recycl’Arte, des Jardinots d’Hendaye, Mer’Nature, de Lanetik Egina, et bien sûr de tous les jardiniers.

C’est en juin 2013 que la commune a attribué 40 parcelles à des Hendayais selon certains critères sociaux. Du lien social en jardinant Vents et Marées a reçu son lopin de terre et y organise des ateliers pédagogiques à destination du jeune public, des expositions et des apéros littéraires pour que toutes les générations se retrouvent dans ce lieu bucolique. Alexia Papantchev est directrice de la compagnie et également secrétaire de l’association les Jardins familiaux. Les deux présidents, César Caballero et Régis Malandreau, font visiter les jardins. « Les parcelles, d’une superficie de 40, 60 ou 110 m2 possèdent toutes une cabane. Des robinets sont disposés ça et là et un “Xoko” (“coin”, en basque), accueille tous les jardiniers. « On échange des secrets, on se désaltère et il y a même une bibliothèque », annonce Régis qui rajoute que 80 % de la surface totale du terrain doit être cultivée pour 20 % d’herbe ou de fleurs. « Le but est de créer du lien social et de s’entraider. » Mais l’entretien est soudain interrompu par une taupe qui suscite un tollé général. L’animal pourtant discret, se plaît énormément dans la terre et les pièges installés par les jardiniers ne suffisent pas à la faire décamper ; elle passe avec effronterie d’une parcelle à l’autre. Difficile de revenir à une conversation sérieuse après cet intermède fâcheux…

Des jardins pour tous Les parcelles sont séparées par des lisses, des groseilliers ou des framboisiers qui forment une haie naturelle. En haut du terrain, devant le Xoko, des bacs surélevés sont réservés aux personnes à mobilité réduite. Les timides feuilles des légumes sortent leur nez. Jean-Michel Nedelec est le président de l’association Handi Belharra, le relais de l’APF à Hendaye. « Depuis un an et demi, nous cultivons ces bacs très accessibles et tous y trouvent un grand plaisir et peuvent discuter et échanger avec les autres jardiniers. » Monique et ses amis participeront aux réjouissances de demain.