Cet endroit, aussi appelé par les Hendayais « Le Pylône », est desservi par plusieurs chemins. 

Sur 4100 mètres carrés au-dessus du quartier Laparka, après la déchetterie de Chacamarteguia.

Face à la baie, chaque jardinier dispose d’un cabanon et des robinets sont dispatchés dans la grande allée centrale qui dessert les parcelles.

Voici un article relevé et envoyé par J-P. Une ferme d’herbes aromatiques cultivé par hydroponie et aquaponie à Saint Martin de Seignanx                        http://www.lautrecampagne.com/

le 26 / 01 /2017

ce matin les jardiniers de la ville sont venues élaguer les arbres ils avaient amené la broyeuse avec eux et nous ont laissé un bon tas de BRF :

Le bois raméal fragmenté, ou bois raméaux fragmentés (BRF), est un mélange non composté de résidus de broyage (fragmentation) de rameaux de bois (branches), issu majoritairement d’arbres feuillus.

Par extension, le terme désigne une technique de culture agricole imaginée au Canada qui, par l’introduction du broyat dans la couche supérieure du sol ou en paillis, cherche à recréer un sol riche, aéré et riche en micro-organismes, comme on en trouve souvent en forêt. Le BRF favorise en effet la pédogenèse nécessaire à la création de l’humus.

Son utilisation peut avantager l’agriculture de type biologique ou une agriculture de protection. Il est parfois utilisé en jardinage, à partir des tailles de haies par exemple.

Le BRF sert principalement à réinstaller l’activité biologique mise à mal par le travail du sol (labour) qui détruit le lieu de vie des habitants du sol (pédofaune) en le bouleversant et le mettant à nu. On incorpore pour cela le BRF en surface (0 à 4 cm, voire jusqu’à 20 cm ou plus sur un sol très dégradé), puis les vers de terre se nourrissent de la cellulose pendant que les champignons dégradent la lignine.”

Your SEO optimized title